Saintes, la ville tamisée !

Depuis l’arrivée des socialistes à la mairie, en 2008, Saintes s’enfonce dans la pénombre. Cette pénombre n’est aujourd’hui, non plus seulement au sens figuré, mais également au sens propre !Saintes

L’Arc de Germanicus est plongé dans le noir depuis 1 an (en janvier). Ce qui prive ici notre économie locale d’un patrimoine mis en valeur. Depuis juin dernier, la cathédrale Saint-Pierre est privée de lumière extérieure. Aucune solution palliative (dans l’attente de travaux de rénovation électrique) n’est même seulement envisagée pour éclairer l’édifice.

Comme si cela ne suffisait pas, depuis quelques jours nos réverbères sont de nouveau tamisés en rouge (photo rues piétonnes rive gauche), en guise de décoration de Noël. L’an dernier, cette touche décorative, n’a pourtant pas fait l’unanimité, loin de là. Aussi, nous pouvions penser qu’il n’y aurait pas de récidive cette année. Quelle idée !

Plusieurs questions se posent :

1) La municipalité a l’obligation légale d’éclairer ses rues. Notamment pour des questions de sécurité. Force est de constater, tout comme l’an dernier, que le passant ne voit plus rien !

2) Sur la rive droite, comme sur la rive gauche, nos commerces et restaurants, en majorité, n’ont pas d’enseignes lumineuses. Pour les autres, leurs tailles et leur puissance d’éclairage sont modestes. De ce fait, la pénombre rouge des rues, n’aide pas à repérer les magasins.

3) Le contribuable règle la facture d’énergie, pour l’éclairage public. J’entends un éclairage public viable, non pas tamisé. Le maire prévoit une réduction d’impôts locaux, pour cette diminution de la lumière ?

4) Ce rouge sombre du plus mauvais goût confère une atmosphère glauque (je reprends le mot de très nombreux Saintais. Commentaire de l’an dernier et de ces jours-ci).

Ce n’est pas vraiment l’idée que l’on se fait d’une décoration attrayante pour les fêtes de fin d’année. Décoration qui doit conférer une ambiance festive, propice  à la consommation. La rue de l’Arc de Triomphe et la rue de la Comédie, pour ne prendre que ces deux exemples et ainsi couvrir nos deux rives, plongées dans ce rouge, sont un véritable crève coeur. 

J’ai envie de dire : Pourquoi faire simple, lorsque l’on peut faire compliqué !

Il est vrai, pour les rues commerçantes principales : les autres décorations lumineuses, traversières, et les vitrines nombreuses, juxtaposées, viennent palier ce faible éclairage, rouge. Mais voilà, pour les rues principales uniquement (exemple : rue Alsace Lorraine). De plus, les commerces ne sont pas encore ouverts les dimanches. Restaurateurs et riverains ne peuvent pas compter sur l’aide de l’éclairage de la vitrine du magasin voisin, le dimanche, et après 19h tous les soirs.

Imaginons un instant, si le patron du plus grand centre commercial de notre ville, annonçait aux locataires de ses galeries marchandes, qu’il plongerait ses allées dans une pénombre rouge, à la nuit tombée ! Cela paraîtrait totalement farfelue et inconcevable. Le raisonnement doit être le même pour nos rues.  

La politique de l’entretien urbain à minima (voir la pétition Saintes Objectif Ville Propre, sur ce lien: http://www.petitions24.net/saintesobjectifvillepropre), vient ajouter un autre point négatif.

Ces quelques éléments (il y en a d’autres !) sont révélateurs du désintérêt croissant des élus de la majorité, pour l’épanouissement de la ville.

Nous sommes sans cesse témoins d’actions, qui ne sont pas pragmatiques. La municipalité se fait plaisir en dehors des besoins et des réalités. Au détriment de celles et ceux qui veulent vivre à Saintes, en développant ses atouts.

Je vais adresser un courrier à Madame le Sous-préfet, au titre de citoyen engagé pour sa ville, afin de l’interroger sur la régularité de cet éclairage tamisé, aux trop nombreux effets négatifs, pour les riverains et les professionnels.

Soutenons nos commerçants et restaurateurs !  Allons consommer chez-eux.

Eric Dohollou


Photo : Eric Dohollou – tous droits réservés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*